Prêtez vos DVD, cela vous rendra heureux

Ah, le plaisir de compulser les archives de GreenIT.fr… On y apprend qu’il n’est pas évident de trancher, en terme d’impact environnemental, entre télécharger de la musique ou bien acheter des CD. Au final, la conclusion était quand même qu’il valait mieux télécharger de la musique et la conserver sur un CD gravé. C’était en 2009. Une autre ère au rythme d’évolution de l’informatique !

Depuis, nous sommes passés à des supports de stockage statique autrement plus conséquents, notamment le DVD (simple couche : ~4,7 Go) et le Blu-ray (simple couche : ~25 Go). Voyons donc ce que cela change dans nos calculs et si nos conclusions sont toujours identiques.

Le flux d’une vidéo en diffusion continue (streaming) sur Internet représente un transfert de données équivalent au téléchargement des supports statiques correspondants, soit un trafic total d’environ un DVD de données pour un film en définition standard et un Blu-Ray de données pour un film en haute définition.

La quantité de données transmises est donc 7 (resp. 35) fois plus importante pour un DVD (resp. un Blu-ray), en comparaison avec un CD. En revanche, les impacts environnementaux de la fabrication et de la commercialisation d’un CD, d’un DVD ou d’un Blu-ray sont quasiment identiques. À la lumière de tous ces chiffres, reprenons maintenant l’analyse précédente et étendons-la aux cas du DVD et du Blu-ray :

  • téléchargement vs. achat d’un CD : 20% de l’énergie et 1,6% des émissions de GES (conclusion précédente : avantage au téléchargement) ;
  • téléchargement vs. achat d’un DVD : 140% de l’énergie et 12% des émissions de GES (impacts multipliés par 7) ;
  • téléchargement vs. achat d’un Blu-ray : 700% de l’énergie et 58% des émissions de GES (impacts multipliés par 35).

Ces chiffres démontrent qu’à partir du 8e (resp. 1er) visionnage d’un film en définition standard (resp. haute définition) en diffusion continue sur Internet, il vaut mieux acheter le DVD (resp. le Blu-ray) correspondant, et le prêter ensuite à des amis ! Tout ceci reste bien sûr vrai si, au lieu de considérer les films, on considère les programmes de télévision HD sur Internet.

Cette analyse est renforcée par la durée de vie des supports de stockage : combien faudra-t-il d’énergie pour fabriquer les disques durs qui contiendront un film, pendant toute la durée de vie estimée d’un DVD ou d’un Blu-ray, soit 30 ans ? Même dans l’hypothèse la plus optimiste, cela fait environ 3 disques durs. En effet, rappelons-nous que peu de gens jettent leurs DVD ou leurs Blu-rays après les avoir regardés !

Bref, sauf à imaginer des progrès importants dans l’impact environnemental du système Internet dans son ensemble, la vidéo HD en diffusion continue ressemble fort à une aberration. Quand on pense qu’on est en train de recâbler le monde entier avec de nouveaux relais de téléphonie 4G pour pouvoir regarder des vidéos HD « en situation de mobilité » partout, tout le temps, on se dit que la notion d’empreinte écologique ne semble pas vraiment prise en compte par les grands opérateurs, et les gouvernements qui leur passent commande.

Morale de l’histoire : longue vie à la consommation collaborative ! Achetez, louez, prêtez, échangez vos DVD et vos Blu-rays ! Vous parlerez à vos voisins, vous rencontrerez des gens qui ont les mêmes goûts que vous, vous vous ferez des amis pour la vie. Bref, se déconnecter et partager, oui, ça rend heureux !

(Article écrit pour GreenIT.fr.)