Obsolescence déprogrammée – L’histoire de Marc J.

Dans la lignée du précédent billet de notre série sur les acteurs de la transition, nous revisitons de nouveau le thème de l’obsolescence programmée des équipements électroniques, en nous intéressant cette fois-ci aux défaillances causées par les logiciels.

Marc travaille depuis de nombreuses années dans le service informatique d’un établissement d’enseignement supérieur. C’est qu’il en a vu passer, des ordinateurs ! Et il n’y a encore pas si longtemps, arrivés « en fin de vie », ils étaient jetés en vrac avec toutes sortes d’objets, dans une grande benne à destination « du ferrailleur », métaux lourds compris, bien sûr ! Tout disparaissait comme par magie mais aboutissait en réalité dans des circuits de recyclage douteux, dont les résidus toxiques finissaient par suinter dans une nappe phréatique, ou s’accumuler dans les poumons de dépeceurs anonymes en Inde, en Chine, ou ailleurs…

En 2003, arrive la directive européenne relative à la gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), transposée en droit français en 2005, et qui oblige les constructeurs à récupérer sans condition les matériels mis sur le marché à partir du mois d’août de cette année-là. Cet instrument juridique permet à Marc, avec une forte dose de pédagogie, de faire bouger un peu les choses en interne. Las, les offres proposées par les associations d’insertion professionnelle par le recyclage ne sont pas retenues (elles ont un coût, modeste, donc « insupportable », c’est bien connu). La solution est trouvée par la direction de l’établissement : c’est une nouvelle benne, mais cette fois-ci « spécialisée », que l’opérateur généraliste de collecte des déchets dépose sur le site. La destination finale des déchets change-t-elle vraiment ? Mystère. Pour Marc, cependant, les choses ne changent pas tant que cela…

« À mon sens, l’aberration persistait car il s’agissait toujours de jeter des machines en état matériel de fonctionner, mais devenues lentes au fur et à mesure des mises à jour du système d’exploitation et des logiciels applicatifs. J’ai donc voulu comprendre pourquoi les machines ralentissaient. Et pourquoi il fallait accepter que, tout en restant sur le même système Windows XP de Microsoft, le travail perdait autant en productivité au bout de quelques années. Après divers essais, j’en ai conclu que le logiciel antivirus était un point déterminant dans ce phénomène de ralentissement extrême, que je dénommais bientôt le click and wait… »

Afin d’éviter les pièges d’un système nécessitant un antivirus, Marc décide d’installer Linux sur des postes-clients considérés comme de « vieilles machines », c’est-à-dire à partir de six ans d’âge… Il s’intéresse aux distributions Linux légères, tout en définissant ses exigences : il faut que les choses restent simples, que le système soit utilisable dans un contexte de travail bureautique quotidien. Autrement dit, il faut que le système s’en sorte tout seul pour détecter et choisir la configuration appropriée pour le matériel, afin que n’importe qui puisse s’en servir. Et le vainqueur fut… Puppy Linux !

« Puppy Linux, en développement actif depuis 2003, est déroutant à plusieurs égards. C’est un système mono-utilisateur qui se présente comme une distribution où tout se charge en mémoire vive : le système d’exploitation, les applications, l’émulation du disque dur. Il permet de sauvegarder dans un fichier de session toutes les préférences, les applications installées et les fichiers créés durant la session de travail. Ce fichier de session peut être chiffré et placé où l’on veut, par exemple sur la clé USB ayant servi à démarrer l’ordinateur. On obtient ainsi un système totalement portable. Je trouve que Puppy Linux est supérieur aux autres distributions Linux portables, car il a été particulièrement optimisé pour la légèreté et la rapidité, jusque dans le choix précis du jeu d’applications qu’il propose, couvrant la plupart des domaines usuels. »

Hélas, la situation est très loin de changer dans le service informatique ! Le renouvellement systématique des machines continue, et les « vieilles » unités centrales s’accumulent… Pour accueillir ces « réfugiées » qui cognent à sa porte, Marc trouve encore de la place pour les entreposer, en attendant de trouver un emploi à ces victimes de la fuite en avant. Comble du comble, ce patient travail de sauvetage a même le don d’irriter son chef, car lui voulait dépenser tout son budget ! [Note de la rédaction : il est probable que ce genre de réflexes hiérarchiques, typiques du monde « d’avant », sera de plus en plus rare, dans l’avenir.]

Après cette plongée dans le monde de l’obsolescence dirigée par le logiciel, Marc ne s’étonne plus, désormais, qu’entre la surenchère des logiciels antivirus et tout le crapware préinstallé sur les PC destinés au grand public, les gens se plaignent très rapidement que les machines ralentissent… « Cependant, je ne crois pas du tout à une solution purement technique qui résoudrait un problème écologique sans faire appel à la participation consciente et volontaire de l’utilisateur. Bien que Puppy Linux soit une solution permettant de prolonger efficacement la vie des machines, si l’utilisateur n’entreprend pas cette démarche de lui-même, rien ne changera. » En tout cas, sa résolution est prise : à titre personnel, il n’achètera plus jamais d’ordinateur neuf !

Et de notre côté, posons-nous la question : ne serions-nous pas tous conditionnés à considérer le ralentissement de nos ordinateurs comme inéluctable ? Et face à l’indifférence pour ces montagnes de déchets électroniques, sommes-nous prêts à lâcher une meute de petits chiots turbulents ? L’essaimage réussi des ALIS, les « associations libres pour l’informatique solidaire », montre que de nombreuses voies sont possibles : ouvrons grand nos fenêtres vers de nouveaux horizons !

(Article écrit pour GreenIT.fr.)

Obsolescence déprogrammée – L’histoire de Julien H.

Prologue : en ces temps moroses de chômage, de perte de sens, d’errements, de reculades en tous genres, de discours d’autant plus grands qu’ils ne sont suivis d’aucune action concrète, nous avons plus que jamais besoin d’entendre les récits de femmes et d’hommes qui prennent leur destin en main, et décident de vivre, enfin, au 21e siècle. À la manière de Shamengo, GreenIT.fr se propose de démarrer une nouvelle série de billets qui racontent ces histoires, à la fois simples et exemplaires.

Julien H., un informaticien amateur qui aime aussi le bricolage, possède chez lui plusieurs ordinateurs qui lui servent de poste de travail, de centre de médias, etc. Le matériel est plus ou moins récent. Un jour, son écran 4/3 de cinq ans d’âge, de marque Samsung, qu’il utilise pour son poste bureautique, montre des signes de faiblesse. Lors d’une visite chez un réparateur agréé, on lui assure qu’il n’y rien à faire. Verbatim :

“Mais, c’est un écran de bureau ?, s’étonne le technicien. On ne répare que des écrans de portables.
– Ce n’était pas précisé sur votre site web, rétorque Julien.
– Vous êtes le premier en 5 ans à nous apporter un écran de bureau. Au prix où ils sont, vous feriez mieux d’en acheter un neuf.
– Impossible, je cherche un modèle similaire (4/3 en 1600×1200), aujourd’hui il n’y a plus que des résolutions full HD (16/9 en 1920×1800) à des prix raisonnables.
– Alors cherchez-en un d’occasion. Nous, et les autre réparateurs d’ailleurs, ne prendrons pas le risque de vous le prendre, ces réparations sont trop peu demandées pour qu’on s’y investisse.”

Situation banale : ce genre de “conseil” est prodigué à pas mal de gens. Cependant, et c’est là un point important, Julien résiste à l’injonction : pas question de renoncer. C’est alors qu’il se souvient du reportage de France 2 sur l’obsolescence programmée, dans le cadre de l’émission Cash Investigation, où Samsung est particulièrement mis en cause. Effectivement, l’industriel sud-coréen est connu pour ses pratiques concernant ses écrans (parfaitement légales au regard de notre droit de l’environnement quasi-inexistant). En effet, il suffit d’utiliser une poignée de condensateurs bas de gamme, disposés pour ne rien arranger dans les parties les moins recommandées de l’écran (proches des radiateurs, où la température est la plus élevée, ce qui diminue leur longévité) et le tour est joué : pour la plupart des gens, la durée de vie de leur écran est réduite à quelques années.

Le faisceau de preuves se resserre : Julien décide de regarder sur Internet, pour voir si, par hasard, d’autres personnes ne rencontreraient pas les mêmes difficultés. Non seulement il trouve une liste de produits Samsung connus pour leurs fragilités, mais aussi des manuels complets de réparation, dont les plus célèbres se trouvent sur les sites CommentRéparer (en français) et IfixIt (en anglais), souvent assortis de vidéos explicatives. Cependant, même si tout à l’air bien documenté, mettre la main dans ce “cambouis” demande de passer outre certaines réticences : afin d’accéder à la carte électronique de l’écran, il faut ouvrir celui-ci en force car il s’agit d’un montage de coque plastique sans vis. Heureusement, une pression douce et ferme sur les chevrons suffit.

Sa carte électronique en main, Julien se rend alors dans un magasin de composants électroniques où il reçoit un accueil bien différent de celui qu’il a reçu de la part des “réparateurs agréés” : le vendeur lui indique quels condensateurs remplacer ! Il en achète une poignée pour 5 euros. Reste tout de même à effectuer la manipulation : il s’achète un fer à souder pour 45 euros (il s’en resservira) et rentre chez lui. Après avoir pris des cours de soudure sur Internet grâce à un tutoriel trouvé sur YouTube (en anglais, avec le premier chapitre sur les outils à acheter et le deuxième chapitre sur les techniques de base), il se lance dans la manœuvre et remplace un à un les condensateurs défectueux. Après remontage, l’instant de vérité approche : il allume l’appareil, et l’écran fonctionne ! Victoire.

Quelle est la morale de cette histoire ? Avoir la volonté de résister à la voix insistante qui murmure qu’il suffit de jeter et de payer encore pour avoir la belle vie ? Oui, c’est le premier pas. Ensuite, il faut un peu de talent de bricoleur, ou bien se faire aider par d’autres : l’éducation, ne serait-ce pas aussi une des missions possibles des fablabs qui essaiment à Paris, Toulouse et bien d’autres endroits en France ? Et puis, pour ceux qui ne veulent pas se lancer dans la réparation électronique, il reste bien d’autres façons de déprogrammer l’obsolescence des objets : par exemple, la pâte Sugru, avec ses allures de jouet pour enfants, permet un nombre incroyable d’applications pour tout réparer dans la maison.

Imaginer, faire, et s’amuser aussi par la même occasion, voilà un programme qui s’inscrit loin, bien loin de celui de notre société de consommation à bout de souffle et de ses programmateurs d’obsolescence légaux ! Cela pourrait même devenir une nouvelle façon de vivre : début décembre 2012, le festival Make It Up de Saint-Ouen (Île-de-France) en a donné un aperçu passionnant.

Épilogue : nouvel épisode de l’histoire de Julien. C’est maintenant son écran TV Samsung de 117cm qui montre des signes de faiblesse… Une fois sur deux, le cliquetis électrique de la séquence d’allumage se répète sans jamais conclure et l’écran ne s’allume pas. Après un rapide tour sur les forums, il n’y a pas de doute, c’est encore un problème de condensateurs. Cette fois-ci, le fer à souder est déjà là. Voici le bilan de l’opération : 1h pour effectuer un aller-retour à la boutique, 2,80€ de composants, 30mn pour décrocher et raccrocher l’écran du mur (c’est lourd, cette bête là !), 15mn pour ouvrir et refermer l’appareil et en extraire la carte électronique et 30mn pour dessouder et ressouder les composants. Et voilà l’écran qui repart comme (presque) neuf !

Et vous, comment déprogrammez-vous l’obsolescence ?

(Article écrit pour GreenIT.fr.)